Passer le Permis Bateau à Bordeaux et Arcachon

Le permis bateau ouvre les portes des fleuves, des mers, des océans et du magnifique Bassin d’Arcachon. Il promet aussi un apprentissage et une expérience riche et gratifiante : il ne tient qu’à vous de faire partie de ceux qui ont obtenu le Graal !

Jet Boat School vous propose toute l’année un planning adapté à Bordeaux et au Bassin d’Arcachon pour passer le permis côtier, permis hauturier et permis fluvial.

Bateau école n°1
en Aquitaine

+88 %
de réussite du premier coup

+ 3.000
élèves inscrits en 3 ans

Ouvert 5j/7
toute l’année, en agence

Permis bateau côtier

Naviguez sur les plus belles côtes

Si vous souhaitez naviguer sur des bateaux à moteur disposant de plus de 6 chevaux, le permis bateau côtier est indispensable. Cette option symbolise le premier palier du permis bateau. Pénétrez dans l’univers maritime avec le permis bateau côtier !

Naviguez sur différents plans d’eau comme les grands lacs de notre région (lacs de Lacanau, Biscarrosse, Sanguinet, Hourtin, Maubuisson) et l’incontournable Bassin d’Arcachon au départ des ports d’Andernos, du Cap Ferret, Gujan Mestras, La Teste-de-Buch, Arcachon.

Explorez même l’estuaire de la Garonne en Gironde jusqu’à Bordeaux centre et le fameux grand pont de pierre !

permis-bateau-cotier-arcachon

Permis bateau hauturier

Naviguez sur les mers et océans

Le permis bateau «  extension hauturière » permet de dépasser la limite des 6 milles nautiques d’un abri, contrairement au permis côtier. Il permet de naviguer en pleine mer et savoir utiliser la carte marine afin de tracer une route.

Attention : L’extension hauturière ne peut être acquise sans avoir au préalable obtenu le code côtier. Elle est soumise à la réussite à un examen théorique préparer au bateau-école grâce à des cours avec le moniteur.

Permis bateau fluvial

Naviguez sur les eaux intérieures

Le permis plaisance option eaux intérieures dit « fluvial » vous permettra de naviguer sur les eaux intérieures (les rivières, les fleuves, les lacs, les canaux et les étangs) avec un bateau dont la puissance du moteur excède 4,5 kW (6 CV) et possède une taille inférieure à 20 mètres de long.

Pour conduire des bateaux sur les eaux intérieures de plus de 20 mètres de long, vous n’aurez pas le choix d’obtenir l’extension « Grande Plaisance ».

Attention : Pour passer le permis fluvial, vous devez posséder le permis côtier.

Perfectionnement à la navigation

Entrainez votre conduite d’un bateau moteur

Retrouvons-nous pour une seconde formation pratique et le perfectionnement de la conduite d’un bateau moteur.

Gagnez en assurance et en expérience grâce à une sortie « Type » au Bassin d’Arcachon accompagné par un guide expert de ce plan d’eau à votre service. Découvrez le port d’Arcachon, l’Île aux Oiseaux, la Presqu’île du Cap Ferret, le Banc d’Arguin et la grande Dune du Pilat.

Grâce à notre formule perfectionnement à la conduite d’un bateau, sentez-vous en sécurité avec votre famille et vos amis pour vos prochaines sorties en mer.

Avec la formule journée sur le bassin d’Arcachon le repas chez l’ostréiculteur est offert et vous pouvez venir accompagné !

Permis bateau – Foire aux questions FAQ

Quelles sont les différentes licences de permis bateau ?

En France, que vous conduisiez un bateau de croisière motorisé d’une puissance supérieure à 6CV en mer ou sur un fleuve, vous devez être titulaire d’un permis bateau. Vous devez également conduire un bateau à moteur motorisé (VNM), tel qu’un bateau à moteur ou un bateau à moteur. Les voiliers et yachts dont la puissance motrice est inférieure ou égale à 6 chevaux ne sont pas concernés. Cependant, dans les eaux intérieures, en particulier dans les rivières, si le moteur d’un voilier dépasse 6 chevaux, l’opérateur du navire doit en avoir un.

Il existe trois types de permis de bateau : le permis côtier, le permis étendu (permis offshore) et le permis de navigation intérieure (ou permis de navigation fluviale).

Permis bateau côtier

Il s’agit de l’exigence minimale pour le droit d’exploiter un bateau de croisière avec des moteurs de plus de 6 chevaux. Il permet la navigation de jour comme de nuit, la navigation sur la mer et les lacs ou plans d’eau fermés, jusqu’à six milles nautiques du refuge, et n’est pas limité par la taille ou la puissance du moteur.

Pour conduire un bateau de croisière au-delà de ces distances, en plus de l’option côtière, vous devez également disposer d’une extension offshore.

Permis bateau hauturier

Il vous permet de conduire des bateaux de croisière avec plus de 6 chevaux de puissance moteur en mer et sur des lacs ou plans d’eau fermés, peu importe le jour ou la nuit, il n’y a pas de limite à la distance de l’abri ou de la côte. Il est indispensable pour la navigation à faible visibilité et loin des côtes. Pour pouvoir passer un permis offshore, il faut être titulaire d’un permis côtier. Il s’agit de la licence la plus élevée qu’un plaisancier puisse obtenir.

Permis bateau fluvial

Il permet de conduire des bateaux de croisière de plus de 6 chevaux sur les rivières, ruisseaux et lacs, à condition que le capitaine ne dépasse pas 20 mètres de long. Si un bateau mesure plus de 20 mètres de long, son conducteur doit ajouter l’extension « Grand Yacht Inland Water » au premier permis (uniquement autorisé à partir de 18 ans).

Quelles sont les restrictions sur les permis côtiers ?

Avec un permis côtier, vous pouvez vous déplacer jusqu’à 6 milles du refuge. Qu’est-ce qu’un abri ? C’est un endroit protégé où vous, votre bateau et votre équipage pouvez vous réfugier dans les vagues féroces, les tempêtes… Un refuge peut être un port, une baie, une île, ou même votre propre bateau, si vous naviguez avec. Dans certains cas, ce concept d’abri permet une distance réelle de 12 milles nautiques. En effet, si le port ou l’île est à 12 milles du port d’où vous êtes parti, vous pouvez choisir de vous y rendre, car vous êtes à 6 milles à la fois du point de départ et du point d’arrivée sur le chemin.

Quelles sont les restrictions sur les permis hauturiers ?

Si vous souhaitez naviguer à plus de 6 milles d’un abri, le permis côtier ne suffit plus, vous devez être titulaire d’une extension hauturière, communément appelée permis hauturier. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une extension du permis côtier, vous devez donc d’abord obtenir le permis côtier. Avec cette extension, il n’y a pas de limite de distance, et vous pouvez traverser l’océan Atlantique !

Cependant, l’obtention d’un permis offshore n’est pas seulement une question de distance, mais aussi une garantie de solides compétences maritimes : déchiffrer des cartes, prévoir les marées, prendre en compte les courants océaniques, le vent et la déclinaison magnétique, ainsi qu’une carte papier, une boussole et règle ! Avec cette extension, vous pouvez naviguer et obtenir des connaissances traditionnelles même en cas de dysfonctionnement des équipements électroniques, qui sont plus scientifiques que les connaissances liées aux permis côtiers.

Si l’examen du permis côtier est un QCM électronique de 30 questions et un examen pratique, alors l’examen du permis hauturier est une autre catégorie : purement théorique, il comprend des exercices de navigation sur la carte de jour, et le deuxième exercice de navigation sur la carte de nuit (total 1 heure et 30 minutes), calcul des marées, et enfin QCM sur 5 questions sur les équipements auxiliaires électroniques, la météo et les équipements de sécurité. Beau défi !

Le permis bateau est-il difficile ?

Il faut savoir que depuis 2008, des bateaux-écoles sont prévus pour la pratique. Autrement dit, on ne parle plus vraiment d’examens pratiques, mais de certificats pratiques, car seule la présence du candidat en pratique suffit à la vérification. Cet incident est causé par plusieurs raisons :

  • L’objectif premier des bateaux-écoles est d’entraîner les candidat(e)s. Le cours pratique est réalisé de telle sorte que le formateur et le candidat ne passent au sujet suivant que lorsque le formateur et le candidat pensent maîtriser le sujet précédent. La vérification est donc automatique.
  • De plus, grâce à la relation étroite entre le formateur et le candidat, les conditions d’obtention sont de qualité. Pour une personne inexpérimentée, on a tendance à recommander une première sortie simple sur un plan d’eau fermé, par beau temps, et en bateau léger maniable (comme un bateau semi-rigide).
  • En dernier lieu, les connaissances maritimes sont une chose, l’état psychologique en est une autre, et c’est plus difficile à évaluer. En effet, une personne de bas niveau, mais prudente, vaut toujours mieux que le meilleur barreur qui adopte un comportement à risque.

Cependant, il n’y a aucune garantie qu’après deux heures ou 10 heures, une personne qui sait comment secourir des personnes du navire ou débarquer sur un bateau sera en mesure d’exploiter le navire autorisé par son permis. Seul un véritable diplôme de capitaine professionnel, dont la formation comprend des mois de pratique et de théorie, peut prouver que son niveau de connaissances professionnelles est satisfaisant (il continuera à apprendre toute sa vie). Par conséquent, cette vérification s’applique lors de l’utilisation de petits bateaux à moteur.

En revanche, cet éveil suffit aux débutants pour utiliser des bateaux à moteur pendant la journée, dans des eaux peu difficiles, du beau temps, une mer navigable et des endroits proches des refuges. Il faut savoir que la formation n’est pas obligatoire dans certains pays, ce qui n’entrave pas la rentabilité locative et la sécurité des entreprises. En ce sens, il n’y a aucune raison de « rater » ce type d’utilisation. Ce qui est important, c’est que le candidat comprenne qu’avec l’accumulation d’expérience, il pourra progressivement embarquer sur un navire plus grand et toujours aller plus loin avec prudence.

Le permis bateau n’est donc pas difficile dès lors que le ou la candidat(e) est motivé(e), se donne les moyens de le passer et qu’il ou qu’elle est bien encadré(e) lors de l’apprentissage théorique et de la formation pratique !